taureau


taureau

taureau [ tɔro ] n. m.
toriau 1177; de l'a. fr. tor; lat. taurus, gr. taurôs
1Mammifère (ruminants), bovidé domestique, mâle de la vache. Jeune taureau. taurillon. Taureaux qui mugissent, beuglent. « Un taureau furieux, cornes en avant, et qui grattait le sable avec son pied » (Flaubert). Mener une vache au taureau. Le Minotaure, homme à tête de taureau. Taureaux ailés de l'art assyrien.
Loc. Un cou de taureau. Fort comme un taureau : très fort. Prendre le taureau par les cornes.
♢ TAUREAU DE COMBAT : taureau sélectionné d'élevages spéciaux ( ganaderia) , destiné à être opposé à des hommes ( torero) pour un combat lors des courses de taureaux. corrida; taurin, tauromachie; toril. Jeune taureau. novillo. La course de taureaux a lieu dans des arènes : elle comprend les jeux de cape, la pique ( picador) , la pose des banderilles, les passes de cape ( 2. véronique) et de muleta et la mise à mort ( estocade; matador ) . Amateur de courses de taureaux. aficionado.
2(1487) Astron. Constellation zodiacale de l'hémisphère boréal comprenant les Hyades et les Pléiades. taurides.
Deuxième signe du zodiaque (21 avril-20 mai). Ellipt Elle est Taureau, née sous le signe du Taureau.

taureau nom masculin (ancien français tor, du latin taurus) Mâle reproducteur de l'espèce bovine. Homme très vigoureux. ● taureau (citations) nom masculin (ancien français tor, du latin taurus) Horace, en latin Quintus Horatius Flaccus Venusia, Apulie, 65-Rome ? 8 avant J.-C. Le loup attaque de la dent, le taureau des cornes. Dente lupus, cornu taurus petit. Satires, I, 1, 52 Pétrone, en latin Caius Petronius Arbiter ? -Cumes 66 après J.-C. Celle qui l'a porté veau, peut aussi le porter taureau. Quae tulerit vitulum, illa potest et tollere taurum. Satiricon, chap. 25 Commentaire Allusion à Milon de Crotone, qui s'était exercé chaque jour à porter un veau sur une longue distance. Son entraînement lui permit de le porter encore quand le veau eut atteint la taille d'un taureau. ● taureau (expressions) nom masculin (ancien français tor, du latin taurus) Cou de taureau, cou très fort, très puissant. Prendre le taureau par les cornes, affronter résolument une difficulté.

taureau
n. m.
d1./d Bovin non castré, mâle de la vache. Taureau reproducteur. Taureau de combat.
Par comp. Loc. Cou de taureau, court, épais et très musclé.
|| Loc. fig. Prendre le taureau par les cornes: affronter une difficulté en l'abordant par son côté dangereux ou fâcheux.
d2./d ASTRO Le Taureau: constellation zodiacale de l'hémisphère boréal.
|| ASTROL Signe du zodiaque (21 avril-21 mai).
Ellipt. Il est taureau.

⇒TAUREAU, subst. masc.
A. — 1. ZOOL. Mâle non castré de l'espèce bovine dont la femelle est la vache. Habitués au sang, à son odeur enivrante, devenus rudes et grossiers par leur état d'assommeurs (...), les garçons bouchers semblent avoir emprunté du caractère du taureau. Le sentiment, la délicatesse, se sont éteints chez eux par l'habitude du sanglant métier qu'ils exercent (CHAMPFL., Bourgeois Molinch., 1855, p. 14). Si nos armes sont heureuses et si notre ville est sauvée, je vous promets d'arroser vos autels du sang des brebis, de vous immoler des taureaux (FUSTEL DE COUL., Cité antique, 1864, p. 208).
SYNT. Taureau ardent, farouche, féroce, fier, furieux, fougueux, impétueux, indocile, indompté, infatigable, mugissant, nerveux, robuste, ruminant, superbe, vigoureux; taureau domestique, sauvage; le taureau beugle, fonce, meugle, mugit, saillit; être poursuivi par un taureau; mener une vache au taureau.
P. compar. Le jeune homme fort comme un taureau qui aime la princesse (A. FRANCE, Vie littér., 1892, p. 75). Testevel était taillé comme un taureau, mais lent et méticuleux (DUHAMEL, Désert Bièvres, 1937, p. 174).
MYTH. Taureau ailé, sacré. En Grèce, Jupiter s'incarnait en taureau pour séduire Europe. Pasiphaé se donnait à un taureau blanc, qui la rendait mère du Minotaure. Le Dionysos des mystères était figuré sous la forme d'un taureau, ou le front armé de cornes (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 511).
ANTIQ. GR. Taureau de Phalaris. Taureau d'airain dans lequel Phalaris, tyran d'Agrigente, faisait enfermer et rôtir ses ennemis. Sa cuirasse se terminait (...) par une espèce de jupon en fer qui couvrait les cuisses et le ventre (...) les flammes montaient jusqu'à lui, échauffaient son armure et l'y brûlaient lentement comme dans (...) ce fameux taureau d'airain inventé par Phalaris (MÉRIMÉE, Chron. règne Charles IX, 1829, p. 23).
DR. COUTUM. Taureau banal. Taureau appartenant au seigneur et par lequel tous les vassaux devaient faire saillir leurs vaches moyennant paiement. V. banal ex. 1. Au fig., vx. Taureau banal. ,,Homme à qui toutes les femmes sont bonnes`` (GUÉRIN 1892). C'est le taureau banal du canton (Ac. 1798).
2. a) TAUROM. Taureau spécialement sélectionné et élevé pour la corrida. Taureau de combat, de course; affronter, combattre, tuer un taureau. Le testicule engendre l'audace, la violence, la brutalité, les caractères qui distinguent le taureau de combat du bœuf qui traîne la charrue le long du sillon (CARREL, L'Homme, 1935, p. 103). Le taureau, dans la corrida, tantôt s'absorbe lentement dans la nonchalance animale s'abandonnant à la défaillance secrète de la morttantôt, saisi de rage, se précipite sur le vide qu'un matador fantôme ouvre sans relâche devant lui (G. BATAILLE, Exp. int., 1943, p. 144).
P. compar. La bête qui est en nous se rue tête baissée vers l'appât ou l'obstacle, comme le taureau sur la banderille rouge, et cela sans plaisir, par une sorte de colère tétanique, ou pour être plus exact, par une véritable éclipse de raison (AMIEL, Journal, 1866, p. 109). Chez nous, un nouveau président du Conseil surgit dans l'arène comme un taureau de combat et il n'y aura plus de cesse pour lui jusqu'à la suprême estocade (MAURIAC, Bloc-Notes, 1954, p. 125).
Combat, course de taureaux. Synon. de corrida. Les courses de taureaux ne sont pas des spectacles, ce sont des boucheries, des représentations affreuses, hideuses, horribles, et contre lesquelles, disons le à sa louangele peuple français a toujours protesté (BUSSY, Art dram., 1866, p. 362). Le roi souffre de bientôt mourir: or, c'est à la fin du combat de taureaux que le taureau est le plus méchant (MONTHERL., Reine morte, 1942, II, 2e tabl., 5, p. 192).
b) [Dans certaines régions d'Espagne et de la France mérid.] Lâcher de taureaux. Lâcher de taureaux ou de vaches dans les rues, parmi la foule et les écarteurs. Le centre d'attraction de la fête est cependant « le taureau » avec toutes les manifestations auxquelles sa participation peut donner lieu: courses à la cocarde précédées et suivies ou non « d'abrivados » (arrivées du bétail à pied avec escorte de gardians à cheval) ou de « bandidos » (lâchers de taureaux dans la campagne en direction des pâturages des manades) (H. BRETHEAU, Le Taureau camargue et sa course, 1959, p. 101). Écarter un taureau. Provoquer le taureau ou la vache puis l'éviter d'un écart. V. écarter1 B 3 b ex. de Daudet.
B. — P. anal.
1. a) Homme très vigoureux et taillé en force. Les ambassadeurs revinrent déconfits auprès de Mithridate, déclarant que tout était perdu, qu'on avait affaire à un taureau, à un colosse ivre de victoire, qu'il n'y avait qu'à céder, que pareil démon ne s'était jamais vu (L. DAUDET, Sylla, 1922, p. 106). Il a affaire à une espèce de taureau, un Canadien lourd et trapu qui le renverse presque aussitôt (GREEN, Journal, 1936, p. 73).
b) Homme très viril. On se met à causer des copulations d'Hugo: C'est un taureau, dit l'un. À moi, dit Gautier, Mme Hugo m'a dit qu'en amour, c'était une vierge (GONCOURT, Journal, 1863, p. 1315).
Être un bon taureau. Être un bon reproducteur. Le marquis tape sur le ventre d'une femme enceinte et dit: C'est du bon travail, ça! Moi aussi, je suis un bon taureau: j'ai sept enfants (RENARD, Journal, 1904, p. 909).
c) Arg. du théâtre, vieilli. ,,Rôle très violent, qui réclame de robustes poumons`` (Lar. 19e). Jouer les taureaux (Lar. 19e). Voix de taureau. (GONCOURT, Journal, 1863, p. 904.
2. Loc. adj. De taureau
a) [En parlant de l'aspect phys. d'une pers.] Qui rappelle le taureau, notamment sa masse puissante, sa musculature. Carrure, corps, épaules de taureau. Cette brute stupide et contrefaite, aux muscles de taureau (ZOLA, Terre, 1887, p. 423). Il a des yeux de braise, un front de penseur, des mains de pianiste, une taille de guêpe, une barbe de sapeur, des lèvres de corail, un thorax de taureau, ah qu'il est beau! (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 36).
Cou, col de taureau. Cou très court, massif et puissant. Un col de taureau, large et court, assurait sur la carrure des épaules une tête osseuse, taillée à coups de serpe, où l'intelligence affinait la rusticité native (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 295). V. cou A rem. ex. de Gide.
Front de taureau. Front fuyant. La Bêtise au front de taureau (BAUDEL., Fl. du Mal, 1863, p. 125).
b) [En parlant d'une chose abstr.] Qui évoque la puissance, la vigueur du taureau, son air indomptable, son tempérament fougueux. Avoir une force de taureau. Il avait une colère de taureau. Il pensait aller assommer ce M. Mauperin. Mais une fois dans ce Paris (...), il eut l'éblouissement de la bête féroce lâchée dans un grand cirque, dont la rage s'effare et qui reste court après son premier bond (GONCOURT, R. Mauperin, 1864, p. 252). C'était un brave! Il avait un cœur de taureau! (...) Vous comprenez, mes amis! Un homme courageux! (VERNE, Enf. cap. Grant, t. 1, 1868, p. 146).
Voix de taureau. Voix forte et retentissante. Le plain-chant, toujours chanté ou plutôt beuglé dans nos églises par des voix de taureau (BERLIOZ, À travers chants, 1862, p. 262). Une voix de taureau à faire trembler les vitres et remuer les verres sur la table (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 30).
3. Loc. Prendre le taureau par les cornes. V. corne I A 1 a.
C. — P. anal., ZOOL. Taureau de mer ou taureau marin. ,,Ostracion quadrangulaire, à raison de ses cornes antérieures, qui ressemblent un peu à celles d'un taureau`` (BAUDR. Pêches 1827).
D. — Spécialement
1. ASTRON. [Avec une majuscule] Constellation du Taureau ou, p. ell., Taureau, subst. masc. Constellation zodiacale de l'hémisphère boréal située entre le Bélier et les Gémeaux. Le Taureau contient deux amas ouverts célèbres: les Hyades et surtout les Pléiades, ainsi qu'un autre objet unique, la nébuleuse du Crabe (MULLER 1980).
ASTROL. Deuxième signe du zodiaque (21 avril - 20 mai) correspondant à cette constellation. Être natif du Taureau; être du signe du Taureau. En cette nuit du 21 avril, anniversaire de sa naissance, anniversaire de la naissance du monde, le soleil entrait dans le signe zodiacal du Taureau (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 574). P. méton. Personne née sous ce signe. Le Taureau voit la vie comme une source de joie pure, comme une activité positive qui apporte à celui qui l'aime et la respecte de grandes joies solides et concrètes (CURCIO Astrol. 1980).
2. MAR. ,,Grande barque de la Manche, à deux mâts et portant des voiles carrées`` (GRUSS 1952).
REM. Toro, subst. masc. taurom., synon. de taureau. supra A 2. [El Cordobés] un médiocre matador de toros, connaissant bien deux ou trois passes et pas plus (...), mais ayant du culot et un courage phénoménal (Le Figaro littér., 19 août 1968, p. 26, col. 3). V. aficionado ex. 5.
Prononc. et Orth.:[], [to-]. En syll. accentuée, [] ayant une infl. ouvrante, taure [] ds tous les dict. sauf LITTRÉ et Lar. Lang. fr. qui sous l'infl. de l'orth. transcrivent []; ds MARTINET-WALTER 1973, 14/17 [], 3/17 [o]. En syll. inaccentuée, taureau, taurides, taurillon, taurin, taurobole (-ique), tauromachie (-ique) avec [] ds BARBEAU-RODHE 1930, Pt ROB. 1980, ROB. 1985; mais qqf., sous l'infl. de l'orth. et p. harmonis. vocalique [o]. Ds Lar. Lang. fr. [o] pour tous les mots de la famille. Ds LITTRÉ avec [o] taurillon, taurobolique (mais non taurobole), tauromachie (-ique); avec [] seulement taureau. Ds WARN. 1968 avec [] taureau, taurillon, mais [] parfois [o] pour tauromachie (-ique). Ds MARTINET-WALTER 1973 [] en majorité, partout, avec 6 ou 7 témoins pour [o]. (Lois de position et tendance à l'ouverture de o inaccentué, v. G. STRAKA ds Trav. Ling. Litt. Strasbourg t. 19 n° 1 1981, p. 203, 204 et 212). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1145 torel « (jeune) taureau » (WACE, Conception N-D, éd. W. R. Ashford, 394 et 396); 1680 combat de taureaux (Mme DE SÉVIGNÉ, Corresp., 28 févr., éd. R. Duchêne, t. 2, p. 852); 1757 course de taureaux (LE SAGE, Hist. de Gil Blas de Santillane, t. 2, p. 115); 2. 1487 toreau « constellation du zodiaque » (Vocab. lat.-fr., Loys Garbin, f° Oii); 1831 mar. (WILL.). Dimin. de tor (ca 1145 (WACE, op. cit., 403) — 1530, PALSGR., p. 202a), qui survit dans les dial. du Nord et du Sud en bordure du domaine fr.-prov. (cf. FEW t. 13, 1, p. 130a) qui désigne régulièrement le jeune taureau, lat. taurus « taureau » et « constellation », du gr. « id. », qui désigne également un bateau lycien ayant un taureau comme figure de proue; écrit -au- par réaction étymol. Fréq. abs. littér.:1 425. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 1 634, b) 1 627; XXe s.: a) 1 081, b) 3 143. Bbg. KEMNA 1901, p. 92. — THOMAS (A.). Nouv. Essais 1904, p. 334.

taureau [tɔʀo] n. m.
ÉTYM. 1549; torel, v. 1155; toriau, 1275; de l'anc. franç. tor, taur, lat. taurus, grec taurôs, p.-ê. par le verbe taureller « faire l'action du taur ».
1 Mammifère ruminant domestique (Bovidés), mâle non castré de la vache ( Bœuf), apte à la reproduction. || Le veau qui après le sevrage n'a pas subi la castration devient jeune taureau vers un an ( Taurillon) et sert plusieurs années à la reproduction (alors que le veau castré devient bouvillon, puis bœuf). || Les taureaux sont sélectionnés en petit nombre pour leurs qualités génétiques. || Taureaux qui mugissent (→ Brebis, cit. 2), beuglent (cit. 2). || Le taureau est un animal puissant et irritable; on dit qu'il est excité par la couleur rouge. || Taureau furieux (→ Fanon, cit. 1). || Être poursuivi, menacé par un taureau (→ aussi Éventrer, cit. 4). || Taureau muselé (→ 1. Lice, cit. 5), qui porte un anneau, taureau annelé; taureau dont on a boulé les cornes. || Mener (cit. 9) une vache au taureau.Relig. et myth. || Taureau offert en sacrifice (→ Hécatombe, cit. 1). aussi Taurobole. || Taureau sacré de l'Égypte ou bœuf Apis. || Centaure à corps de taureau. Bucentaure.Le Minotaure, monstre mythologique humain à tête de taureau. || Taureaux ailés de l'art assyrien.
1 Le taureau sert principalement à la propagation de l'espèce, et quoiqu'on puisse aussi le soumettre au travail, on est moins sûr de son obéissance, et il faut être en garde contre l'usage qu'il peut faire de sa force; la nature a fait cet animal indocile et fier : dans le temps du rut il devient indomptable, et souvent furieux (…)
Buffon, Hist. nat. des animaux, Le bœuf.
2 Il y avait dans la maison un jeune taureau de la plus grande taille : cet animal bien nourri, ne travaillant pas (Edme R. le réservait pour saillir les vaches du bourg, et procurer par là une meilleure espèce)… ne permettait à personne de l'approcher (…)
Restif de La Bretonne, la Vie de mon père, II, p. 152.
tableau Noms de mammifères.
Loc. Un cou de taureau.Fort comme un taureau. Bœuf (→ Obéir, cit. 5).Fig. Prendre le taureau par les cornes.
3 Les huit garçons, forts comme des taureaux, terreur et admiration du village (…)
A. de Musset, Nouvelles, « Margot », II.
Taureau de combat : taureau sélectionné d'élevages spéciaux ( Ganaderia) destiné à être opposé à des hommes ( Torero) pour un combat lors des courses de taureaux.(1735, Lesage; combat de taureaux, 1690). || Course de taureaux, spectacle populaire dans certains pays hispaniques (Espagne, Mexique). Corrida; taurin, tauromachie. → Flanc, cit. 5; portrait, cit. 8. || La course de taureaux a lieu aux arènes; elle comprend les jeux de cape (des péons), la pique ( Picador, cit. 1; 1. pique, cit. 3), la pose des banderilles ( Banderillero), les passes de cape et de muleta ( Toréer; muleta, passe) et la mise à mort ( Espada [cit.], matador; estocade, estoquer). Quadrille. || Jeunes taureaux (novillos) combattus dans les novilladas par des matadors débutants (novilleros). || Amateurs de courses de taureaux. Aficionado. → Exercer, cit. 10. || Taureau qui sort du toril.Dans les Landes, en Provence, à Pampelune (Espagne), Lâcher de taureau : amusement populaire qui consiste à lâcher un taureau ou une vache dans les rues, parmi la foule qui essaie de lui résister. || Écarter un taureau. Écarteur.
4 Cette corrida durera quatre jours (…) Le premier jour il y aura une course de novillos, et le dernier jour une espada fameuse dans le pays, Muchares, tuera le taureau.
Hugo, Pyrénées, XI, 13 août 1843.
5 Un taureau, ne se laissant pas distraire par les capes qu'on agitait devant lui, fouillait le ventre d'un cheval qu'il avait renversé, et tâchait d'en faire autant au cavalier abrité sous le cadavre de sa monture.
Th. Gautier, Voyage en Espagne, p. 211.
6 Les clarines sonnèrent, et le premier taureau d'Alban — le noir — jaillit dans l'arène, au milieu d'un « Ah ! » de contentement. En un instant, il eut parcouru tout le rond comme un écervelé. Enfin, un taureau ! De loin, les péons lui lançaient la cape, puis, à son approche, se faufilaient derrière les burladeros.
Montherlant, les Bestiaires, VII.
REM. En tauromachie, on écrit parfois à l'espagnole, toro.
Blason. Représentation d'un taureau.
2 (1487). Constellation zodiacale de l'hémisphère boréal comprenant les deux amas des Hyades et des Pléiades. Taurides.Astrol. Deuxième signe du zodiaque (21 avril-20 mai). Ellipt. || Il est taureau : il est né sous le signe du Taureau.
3 (1640). Par compar. ou fig. Se dit d'un homme fort, puissant, très viril.
4 (1836). Mar. Grande barque de la Manche, à deux mâts et à voiles carrées.
DÉR. Taurelière, taurides, taurillon, taurin.
COMP. Tauromachie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • TAUREAU —     Taureau, s. m., quadrupède armé de cornes, ayant le pied fendu, les jambes fortes, la marche lente, le corps épais, la peau dure, la queue moins longue que celle du cheval, ayant quelques longs poils au bout. Son sang a passé pour être un… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire

  • taureau — TAUREAU. s. m. Beste à corne, qui est le masle. de la vache. Taureau sauvage. taureau domestique. taureau banal. mener une vache au taureau. les taureaux mugissent. faire combattre des taureaux, un combat de taureaux. Il y a un des douze signes… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • taureau — TAUREAU: Le père du veau. Le bœuf n est que l oncle …   Dictionnaire des idées reçues

  • Taureau — Le nom est surtout porté dans le Cher, l Indre et l Allier. Sans doute le surnom d un homme puissant, violent. Variantes : Taurau, Tauraud (03), Taurault (86), Taurel (13, 81) …   Noms de famille

  • Taureau — Pour les articles homonymes, voir Taureau (homonymie). Un taureau de race Longhorn …   Wikipédia en Français

  • taureau — (to rô) s. m. 1°   Bête à cornes qui est le mâle de la vache. •   Deux taureaux combattaient à qui posséderait Une génisse avec l empire, LA FONT. Fabl. II, 4. •   Tels deux fougueux taureaux, de jalousie épris, Auprès d une génisse au front… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TAUREAU — s. m. Bête à corne qui est le mâle de la vache. Taureau sauvage. Taureau domestique. Taureau banal. Mener une vache au taureau. Les taureaux mugissent. Faire combattre des taureaux. Un combat de taureaux. Une course de taureaux. Fig. et fam., C… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TAUREAU — n. m. Bête à cornes qui est le mâle de la vache. Taureau sauvage. Taureau domestique. Mener une vache au taureau. Les taureaux mugissent. Combat de taureaux, course de taureaux, Sorte de spectacle traditionnel en Espagne, où des hommes à pied ou… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • taureau — Un Taureau, ou Toreau, Taurus. Toreaux champestres servans à labour, Agrestes tauri …   Thresor de la langue françoyse

  • taureau — nm. BOVÈ (Albanais, Ballaison, Bernex, Cordon.083b, Évian, Jonzier, Passeirier, Saxel.002), bové (Menthonnex Cl.), bou (Argentières, Celliers, Montmélian, St Martin Porte, Séez), bô (Bessans, Lanslebourg), bozhê (Talloires), bû (002.dce., 083a,… …   Dictionnaire Français-Savoyard


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.